Le patrimoine religieux

  • L'église Saint-Martin

Il s'agit certainement d'une des plus anciennes de la région d'Annecy, comme en témoignent le saint-patron auquel elle est dévouée et les traces retrouvées dans quatre ouvertures mises à jour dans le chœur lors de travaux en 1954. Elle a également subi de nombreux travaux. 

Un bloc de pierre en calcaire jaune dans lequel une inscription romaine est gravée constitue l'un des contre-forts de la façade nord. Il atteste que, de par sa position, la butte Saint-Martin a été peuplée relativement précocement (traces romaines et barbares).

Plusieurs documents du XVe siècle mentionnent l'église dont une bulle du pape Paul II le 20 juin 1468 par laquelle elle est unie à la collégiale de Notre-Dame de Liesse d'Annecy.

Les récipients liturgiques près de l'entrée pourraient quant à eux dater du XVIe ou XVIIe siècle mais ils ont certainement été déplacés. Des inscriptions encore visibles sur différents linteaux permettent de savoir que des travaux ont été effectués en 1667 et 1815. En 17777, l'architecte Charles Gallo, qui a également œuvré à Vieugy et qui a construit l'ancien palais épiscopal d'Annecy, est mandaté pour faire des réparations sur la nef et le clocher, alors en très piteux état.

Devenue trop exiguë, la nef a été agrandie en 1834 (inscription visible)

  • L'ancienne église de Vieugy

C'est également une église très ancienne. On trouve la trace dans les textes datés de 1140. Elle a été reconstruite et agrandie à plusieurs reprises, notamment par l'architecte Charles Gallo en 1778, juste avant la Révolution Française. En 1871, son délabrement obligea la commune à construire une nouvelle église malgré les protestations des habitants. L'ancienne chapelle fut détruite mais le chœur (qui pourrait dater de la fin du XVIe siècle - début du XVIIe siècle) a été conservé. 

Le 15 juin 1944, les corps de 15 maquisards y furent déposés.

  • L'ancienne église de Loverchy

Cette chapelle a été construite antérieurement au XVe siècle en annexe à l'église de Seynod et placée sous le patronage de Saint-Joseph. Elle a été transformée en grange après la Révolution. En 1802, la paroisse fut supprimée. Mais, elle est toujours visible le long de la Départementale n°5.

  • Les croix de mission

Une petite trentaine de croix de mission en bois ou en pierre est dénombrée à Seynod. Elles sont le témoignage direct de la pitié d'antan,